Lord Of Darkness – Le seigneur des ténèbres – Chapitre I

Résumé du prologue : Dans le Nether, une bataille fait rage entre le légendaire Wither Boss et un simple mage, qui l’emporte, prenant au passage l’étoile du Nether donnée à la mort de la créature. Retournant ensuite dans l’Overworld, il en fait l’offrande à son Maître. Ce dernier lui indique alors qu’il ne manque plus qu’une émeraude pour compléter leur projet et lancer un processus, et charge le mage, nommé Deadlock, de s’empresser d’aller en dénicher une.

Chapitre I – Maxx

L’aube se levait sur l’Overworld, le soleil carré illuminant de toute sa puissance la surface unique de la terre. Petit à petit, les animaux passifs prirent la place des hostiles, qui brûlaient à la lumière du soleil.

La lueur du jour atteint rapidement une petite ville devenue surpeuplée, nommée Alysia. Cette ville est devenue l’une des principales puissances commerçantes, notamment grâce à ses nombreux commerces, qu’ils soient forgerons, alchimistes, enchanteurs. Cependant, les inégalités subsistaient : si les plus riches vivaient à côté du centre de la ville, les plus pauvres ou ceux qui avaient peu de moyens se logeaient dans des petites maisons de la taille d’un appartement, tout en bois, dans la bordure de ville, ce qui les rendaient assez vulnérables.

Dans l’une de ces maisonnettes, il faisait encore sombre. Son habitant n’était pas décidé à se lever. Pourtant des bruits se faisaient entendre.

Il rêvait. Sa pensée était remplie d’une vision, rouge, dans laquelle il se promenait le soir. D’un coup, quelqu’un lui tomba dessus, et se mit à le fixer de son regard brillant et vide, blanc.

La personne se redressa, les yeux brusquement ouverts, respiration haletante, et dans un grand fracas se cogna violement la tête contre une poutre en bois.

– Ouch ! s’écria Maxx, en se levant. Foutue poutre, il faudra que je l’enlève, je vais finir par m’exploser le crâne…

Maxx était un adolescent, dans la quinzaine d’années. Il était orphelin, ses parents étaient morts quelques années plus tôt. Il se leva de son lit et s’étendit sur toute sa hauteur. Il était vêtu d’un t-shirt gris aux bords bordeaux, un souvenir de son enfance devenu trop court, mais qu’il continuait à porter ; d’un pantalon marron qu’il en aurait été sali par la terre ; et des gants sur lesquels étaient fixés des petites pointes métalliques. Il enroulait autour de sa bouche un foulard gris, car il ne souhaitait pas que l’on voie cette partie de son visage.

Soudainement, une aura rouge sombre, tachetée de points blancs, apparut autour de lui, faisant flotter ses cheveux noirs purs. Il se maintint la tête comme s’il fut pris de vertiges.

– Mince… vite… ma lunette… où est-elle…

Il mit rapidement la main sur un objet high-tech, une lunette technologique qui émettait une lueur verte, qu’il mit sur son œil gauche. Seul l’œil droit, dont l’iris était rouge sang, était désormais visible.

Maxx poussa un soupir de soulagement.

– Ouf… j’ai encore failli refaire une crise.

Depuis qu’il est jeune, Maxx est pris de pulsations combattives qui lui font perdre contrôle de lui-même. Mais avec le temps, il est parvenu à se contrôler. Depuis, il s’est mis en tête de protéger une ville, et pour lui, Alysia semble être la « cible » idéale.

Or, il manquait de puissance à l’épée, son arc étant sa seule arme avec laquelle il parvenait à se défendre. Mais il pensait profiter du forgeron pour pouvoir s’acheter une épée en diamant, l’arme la plus puissante possible sans enchantements. Il avait « économisé », possédant une centaine d’émeraudes sur lui. Des diamants qu’il a volé au gré de ses meurtres qu’il a commis par le passé pour se défendre et se contrôler.

Il arriva devant le forgeron, qui était en train de confectionner ses armes. À peine arrivé, il interpella le commerçant :

– Bonjour, je souhaiterais vous acheter une épée en diamant.

Il sortit de sa besace une poignée de cinq diamants. L’homme en face de lui semblait choqué, et d’un air un peu dépité répondit.

– Non.

– De quoi, non ? demanda Maxx.

– Nous ne prenons pas les payements en diamants. Uniquement en émeraudes.

Maxx était dans une impasse, car il ne possédait pas de cette ressource, très rare.

– Désolé, enchaîna-t-il. Je n’en possède pas, mais si vous le souhaitez je peux vous en donner dix diamants ?

– Non. Répondit calmement mais fermement le forgeron.

– Quinze diamants ?

– Toujours non.

– Cinquante diamants ?

Le forgeron sortit cette fois-ci de son calme :

– NON ! EN ÉMERAUDES ! VOUS ÊTES BOUCHÉ OU BIEN ? NOUS NE PRENONS QUE DES ÉMERAUDES !

Maxx lâcha prise, et s’en alla bredouille du stand.

Songeur, il repensa sur le chemin du retour à cette mésaventure qu’il venait de vivre. Il ne possédait pas d’émeraudes, et ne pouvait pas par conséquent prétendre à ce qu’il recherchait.

Soudain, il fut tiré de ses pensées par un caillou qui lui toucha le bras. Surpris, il stoppa sa marche, et regarda autour de lui.

– Hé, toi ! interpella une voix.

– Qu’il y a-t-il ? demanda Maxx en se tournant vers la source sonore.

Un vieillard dans sa maison le regardait.

– Viens par ici, mon jeune enfant.

Il s’exécuta et entra dans la demeure de l’ancien.

– Tu recherches des émeraudes, n’est-ce pas ? Je t’ai entendu au marché te bagarrer avec le créateur d’armes.

– Euh… oui, en effet, répondit-il.

Le vieillard se tourna vers une étagère, prit un coffre dont il sortit une vieille carte, et la donna à Maxx.

– Mon petit, j’étais un aventurier, avant. Il y a ce temple, en bordure du village, que je n’ai jamais pu visiter, à cause des monstres.

– Et ?

– On dit qu’il renferme un trésor… mais je ne sais pas ce qu’il renferme !

Maxx salua brièvement le vieillard qui lui avait remis la carte et s’en alla en courant, laissant en plan celui qui l’avait envoyé à l’aventure, un peu mécontent :

– HÉ ! NE DIS PAS MERCI !

Dans le temple régnait effectivement une cacophonie de bruits sinistres. Des claquements de pattes, des grognements profonds, des échos d’ossements ne cessèrent de résonner. Pourtant Maxx ne semblait pas rencontrer de difficultés, et il finit par arriver face à un pont enjambant un bain de lave. Prudemment, il s’engagea sur la route de pierre sans courir, de peur de déclencher un piège, et arriva sans encombre de l’autre côté du passage qui l’avait emmené au cœur du temple. Une salle immense se dessinait sous ses yeux, avec devant lui un pont très large qui était brodé de deux failles avec du magma en comité d’accueil. Une fois de plus, il s’engagea tranquillement, et atteint un coffre, probablement celui qui contenait le trésor. Il s’en approcha, souleva le couvercle de bois, et se saisit de trois émeraudes qui se trouvaient dedans en guise de butin.

– Voilà, murmura-t-il, petit trésor… je suis venu te chercher…

Il ne profita pas longtemps de sa réjouissance. Une masse sombre tomba sur le couvercle, et la fermeture soudaine du coffre entraina une onde de choc saisissant Maxx de plein fouet, l’entrainant de l’autre côté du pont et le cogna violement contre le mur de blocs de pierres moussues.

Malgré la douleur, il se releva, et vit alors la personne qui l’avait agressé : il s’agissait d’un homme, entouré d’une aura de ténèbres qui se dissipa rapidement, laissant entrevoir ses vêtements noirs comme le charbon, dont les bordures étaient délicatement cousues en doré. Son capuchon de tunique, orné d’une améthyste, recouvrait sa tête, flanquée de deux yeux bleu nuit menaçant implantés dans sa peau noire. Surpris de son arrivée, Maxx demanda :

– Qui es-tu ?

Le mage mit un temps avant de répondre :

– Moi ? Je n’ai pas besoin de décliner mon identité. En revanche, si tu ne me donnes pas les émeraudes, alors considères moi comme la dernière personne que tu croiseras de ta vie.

Sur ces paroles, le mage ne perdit pas de temps, et courut vers le garçon. Maxx sorti alors son arc qu’il avait emmené avec lui, et commença à armer son arc puis à tirer trois flèches successivement. Cependant, son adversaire semblait d’un autre niveau, et esquiva par la gauche, puis par la droite et en effectuant une vrille les flèches, avant d’arriver à hauteur de l’archer et de lui décrocher un poing rempli de ténèbres qui le fit valser contre un autre mur. La douleur était présente, mais Maxx ne se laissait pas abattre. Or, à peine remis de ses émotions que l’ennemi était déjà de retour à la charge. Cette fois-ci, il se protégea avec ses gants de cuir dont les épines blessèrent légèrement le mage qui se mit en retrait.

Comprenant que l’arc ne lui serait d’aucune utilité, il décida alors de sortir une épée en fer qu’il avait prise au cas où et se lança à son tour dans la bataille. Le mage, bien que puissant, commençait à être déstabilisé par la manière dont le garçon maniait l’épée, certes moins aisément que l’arc, mais tout aussi agilement. Ne parvenant pas à trouver de solutions, il recula, laissant un moment de répit à son adversaire, qui l’interpella :

– Dis-moi, à quoi bon se battre ? Il en reste des émeraudes, donc laisse les moi, rien ne sert de se battre à mort…

– SILENCE ! cria le mage.

Il fit apparaître autour de lui une aura de ténèbres, et se rua à nouveau sur le garçon. Maxx n’essayait pas de contre-attaquer et préféra se protéger pour juger de la nouvelle puissance de son nouvel ennemi. Le premier coup était puissant, mais il l’encaissa sans broncher. Désormais en possession d’assez d’informations sur son adversaire, il se relança dans la bataille et lança à son tour ses offensives. Les attaques des deux combattants ne firent que s’annuler, épuisant ainsi les ressources physiques de chacun. Après un long mano à mano avec les poings et la lame, le mage recula et s’affaissa, montrant ainsi ses signes de fatigue. Maxx saisit le moment et se rua pour porter un coup fatal, mais le mage, voyant que le combat était sans issue pour lui, cria au même moment :

– DISPERSUM !

Un nuage de fumée noire l’enveloppa, et le fit disparaître, laissant Maxx seul dans le temple.

Le garçon ressortit seul de l’antre de pierres. Le mage était en haut de la structure. Mais au lieu de l’attaquer, il murmura, tout en le regardant rentrer vers Alysia :

– Nous nous reverrons, mon garçon, et crois-moi, ce sera dans des circonstances différentes…

Après un court instant de silence, il reprit :

– Je pense qu’il vaut mieux prévenir le Maître. Ce garçon pourrait bien être un danger potentiel pour nous et notre plan.

Et dans un nouveau nuage de fumée noire, il disparut.

Histoire écrite par Nemesyx et corrigée par Antlilas. Miniature par Marius.

Nemesyx

17 ans - Joueur Minecraft depuis Juillet 2012 Staff MCPG - Monteur / Arbitre / Rédacteur 35e Saison Solo / 20e Saison Team Anarchy Blocks Challenge

Leave A Comment